twitter
instagram
mail
— Thibault Brunet
Actualités
RÉVÉLATION LIVRE D’ARTISTE MAD/ADAGP

Exposition de 16 septembre au 23 octobre 2020 dans les murs de l'ADAGP
Exposition personnelle
"Avec la complicité de l’artiste, l’ADAGP expose le travail de Thibault Brunet et notamment son ouvrage Ault pour lequel il a reçu la Révélation Livre d’Artiste 2019 durant le salon MAD (Multiple Art Days)."

Accessible au public sur rendez-vous.

La peau du monde

Exposition de 17 septembre au 24 octobre 2020 à la Galerie Binome.
Exposition personnelle

Exposition Paysages

Exposition du 24 septembre au 7 novembre.
Exposition collective.
Liste des artistes : Jérémie Bellot, Hicham Berrada, Thibault Brunet, François Génot, Hiroshige « Collection Georges Leskowicz », Olivier Masmonteil, Onformative, Nicolas Tourte, Noël Varoqui, Kris Verdonck

Projets
Ault
2019

AULT de Thibault Brunet est un ouvrage hors-normes dont la tranche, sculptée, reprend les reliefs d'une falaise déployée sur des milliers de pages.

Thibault Brunet a pour ambition de scanner les limites du monde, la falaise de Ault, dont les flancs se jettent dans la manche, est un point de transition du littoral, le bord du paysage. C'est avec un laser de télédétection qu’il en a capturé les reliefs. 
AULT déploie la roche dans la dimension du livre, page après page, un long traveling qui ne nous montre rien de plus que la modélisation 3D, nous sommes le nez collé à la falaise, creux, arêtes, l’oeil cherche à s’accrocher au reconnaissable, prenant poids de la monumentalité de la falaise. La tranche, quant à elle, a été sculptée comme un bloc de pierre nous révélant les aspérités d’un lieu.
AULT est une manière de vivre la limite du paysage et de notre impossibilité à capturer l’immensité du monde.

Maison d'édition Mille Cailloux
Prix Révélation Livre d'artiste 2019 ADAGP / MultipleArtDays
Partenaires Woma Paris / Artefactorylab / Cercle Cite

Boite Noire
2019

La série Boîtes noires est née d’un sentiment étrange, celui d’être voyeur et contempteur d’une excitation menée à l’écart de considérations éthiques au profit d’une esthétique algorithmique. Les vues de la série ont été réalisées à partir des vidéos proposées par le navigateur YouTube, Thibault Brunet les a triées afin de ne retenir que celles provenant d’organes de presse, traduites en JPEG, puis modélisées en 3D. La « boîte noire » du logiciel code le réel en données chiffrées et agence les ruines d’Alep ou de Damas sous la forme d’un monde-maquette, à mi-chemin entre le jeu vidéo et la restitution muséographique. Ces miniatures paraissent tout à la fois déréalisées et, paradoxalement, recorporalisées par la simulation. L’objet semble circonscrit par une enveloppe charnelle, dont la couleur sable des briques et les parpaings gris-bleus des bâtiments évoquent une peau meurtrie. Ces membranes quasi organiques et closes sur elles-mêmes recouvrent dès lors leur fonction de boîtes noires, en conservant la trace mémorielle des désastres de la guerre.

Territoires Circonscrits
2017

Dans la continuité de ses explorations d’une réalité virtuelle et modélisée, Thibault Brunet réalise Territoires circonscrits, une série dont les prises de vues ont été effectuées sur le littoral des régions Nord et Bretagne. La firme Leica Geosystems, associée au projet, a mis à sa disposition un scanner tridimensionnel (ScanStation) lui permettant d’enregistrer son environnement à 360 degrés grâce à un nuage de points transposé en volumes. Dépassant la simple copie, Thibault Brunet se sert de ce matériel de pointe pour poser les bases d’un espace qu’on pourrait penser dessiné. Le réel, passé au filtre de l’appareil, donne en effet naissance à un univers distordu, fantastique, qui s’estompe progressivement.

Typologie du virtuel
2014

Avec « typologie du virtuel », Thibault Brunet explore le territoire français à travers Google Earth.
Les images de cette série ont été réalisées à partir de bâtiments situés dans des zones péri- urbaines et modélisés en 3D par des utilisateurs de GE. Centres commerciaux, HLM et tours de grandes firmes commerciales relèvent d’une typologie architecturale globale, sans lien avec le territoire. L’artiste les ancre dans un espace et un temps spécifique en y ajoutant une ombre portée définie d’après le jour et l’heure de leur réalisation. Le contexte, c’est l’ombre, la création d’un espace de projection s’évanouissant dans la brume que l’artiste compare à un nuage numérique », et dont ses bâtiments semblent surgir tels des pop up.

Vice City
2010

La série Vice City, révèle les liens qu’entretient le travail photographique de Thibault Brunet avec la création numérique. Se soustrayant au statut ludique et hyperactif du gamer, il laisse flâner son avatar pour s’approprier le monde virtuel et saisir, en vagabond moderne, des instants de beauté. Beauté d’une poétique urbaine, aux contrées désertiques, qui invite le regard à la contemplation.
Questionnant l’entre deux et l’ambigüité, Thibault Brunet crée des images hybrides, entre artifice et réel, caractère photographique et tradition picturale. L’artiste renverse ainsi la nature et la fonction du jeu vidéo en réinscrivant ce médium populaire dans une épaisseur artistique et historique.

Biographie

Thibault Brunet est un artiste français né en 1982, il est représenté par la galerie Binome à Paris et Heinzer Reszler à Lausanne. Son travail joue avec les genres codés de la photographie et questionne notre relation à la virtualité dans une société où le monde tend à être entièrement numérisé.
Diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Nîmes en 2007, il s’est distin­gué à partir de 2008 par ses études de paysages réali­sées à l’in­té­rieur de jeux vidéo. Pendant plusieurs années, il a voyagé à travers ces mondes virtuels avec l’ap­pa­reil photo de son avatar. Ses travaux attirent l’attention de plusieurs institutions : Lauréat [reGe­ne­ra­tion2] du Musée de l’Élysée (2011), FOAM Talent 2013, Insti­tut d’Art Contem­po­rain de Villeur­banne (2013), Prix du public Sciences Po pour l’art contem­po­rain (2014), Prix Coup de cœur Art-Collec­tor – Jeune Créa­tion (2014), Lauréat Carte Blanche PMU /Le Bal (2014), Lauréat du prix Photo London John Kobal Resi­dency award (2016), Lauréat Étant donnés (2017).

En 2014, Thibault intègre le projet collectif France (s) Territoires Liquides avec un projet cataloguant l’architecture du territoire français sur Google Earth. Ce travail, présenté pendant la Biennale de Lyon de 2015, est présenté à la BnF en 2018 dans l’exposition Paysages Français.
Thibault a récemment privilégié une nouvelle approche et travaille maintenant sur la digitalisation du monde réel grâce un parte­na­riat avec Leica Geosys­tems et au soutien de l’Institut Françasi (résidence Étant donné) et la John Kobal Resi­dency. Entre 2017 et 2019, il parti­cipe à de nombreuses expo­si­tions inter­na­tio­nales en Israël, au Came­roun, en Suisse, en Alle­magne et en Chine, notam­ment les ex­po­si­tions de son projet « Terri­toires circons­crits » (photo­gra­phies et video) au Musée des Beaux-arts Le Locle, en 2017 et le Cercle Cité en 2018.
Il a récemment gagné le prix du Livre d’artiste ADAGP x Mad avec son dernier projet, Ault un livre sculpture réalisé avec les éditions Mille Cailloux.